lundi 18 décembre 2006

No comment

Au rythme où je me penche sur ce blog, je pense que ce billet sera le dernier de 2006. C'est aussi le centième. Pour finir cette année en beauté, je reproduis ici un courrier reçu ce jour. Il ne nécessite aucun commentaire. Le voici donc dans sa rafraîchissante spontanéité, mais débarrassé de toute marque permettant d'identifier son auteur(e), et, qui plus est, accompagné de tous mes vœux :

Cher Monsieur,

Quelle joie de trouver vos coordonnées grâce à un ami, Xxxxx Xxxxxx, qui s'occupe du "rayon" Chine ancienne sur le site de l'université de Xxxxxx au Xxxxxx ! J'habite à St xxxxx xxx xxxxx à côté de Xxxxxx et j'ai fait mes études à X. Or, ne voilà-t-il pas que j'ai entrepris d'écrire un roman sur la vie de Confucius!
Et je voulais savoir quelle était la date officielle de la naissance de ce cher grand homme. Xxxxx, en cherchant, est tombé sur votre site. Quelle merveille cela peut être pour moi, si cela ne vous ennuie pas, de vous poser
des questions sur cette époque passionnante. Mais ce petit mot n'est qu'un premier pas pour faire votre connaissance. Je vous parlerai ensuite de mon projet qui a pour titre "Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx." car j'en suis à la page 200 environ et confucius n'est pas encore né! L'arrière plan féodal et tous les personnages que l'on découvre dans le Tchouen ts'iou et beaucoup d'autres textes que j'ai téléchargés!, est pour moi une mine inépuisable! Bref j'envisage d'être le Walter Scott de Confucius car j'ai évidemment de ce grand homme un peu coincé une vision plus romanesque; je ne voudrais pas, cependant, tout en gardant ma liberté de romancière farfelue, proposer des non-sens.Il est bien évident que ce que l'on sait de Confucius ne compose que de petits pointillés et que j'ai envie parce que sa générosité anti-taoïste ne peut être que saluée (vouloir s'occuper des autres, quel admirable choix mais si pesant!), lui composer un long portrait plein d'amour et de fantaisie. Pourquoi me suis-je intéressée à Confucius? Vraiment, on se le demande car, il y a encore quelques années je savais tout juste où la Chine se trouve sur le globe terrestre!
J'espère que vous pourrez me consacrer quelques atomes de votre temps précieux!
Amicalement.Xxxxx Xxxxxxx.

'No comment' (suite). Ma réponse à la précédente missive a suscité un nouvel envoi que voici :

Merci beaucoup de votre rapide réponse. J'ai lu,en effet par curiosité, tous les romans sortis sur Confucius et ils sont gravement nuls. Ce qui est la fois un bien et un mal puisque cela signifie que je n'ai à craindre aucun concurrent... parce que la tâche est ardue.. J'ai lu le "Confucius" de Lévi. Je lui ai même emprunté l'idée de faire de la mère de Confucius une chamanesse, ce qui m'a permis d'inventer une scène de danse du dragon hautement sexy. Quant à la date de naissance du grand homme, il faut bien qu'il naisse un jour donné, je tiens à ce que cela se passe neuf mois après le printemps car, j'imagine sa conception lors d'une fête à la Granet, suivi d'un petit tour sur la colline N'qiu!
Merci encore. Amicalement. Xxxxxx.

vendredi 1 décembre 2006

Supprimer l'auteur

La commande en ligne de livres est rendue d'autant plus indispensable qu'on habite loin d'une véritable librairie. Amazon s'impose comme l'interlocuteur idéal : choix immense, rapidité et efficacité, voire même parfois gratuité, du service. Disposer dans un temps assez court de livres inaccessibles à Marseille est, pour moi, largement suffisant, mais la société offre plus et multiplie les services inutiles. A quoi bon cet onglet qui ouvre une page pompeusement appelée "Chez Kaser", page qui me renvoie un écho déformé des achats déjà réalisés, avec des propositions en phase avec mes goûts supposés. Quand celui - ou celle - qui commande un livre de Jean Lévi se voit proposer, quasi magiquement, le Contre François Jullien de Jean-François Billeter (Allia, 2006), ce sont plus de 90 % des suggestions qui tombent à plat.

Mais le génie d'Amazon ne s'arrête pas là puisqu'une commande [voir illustration] permet de réaliser le rêve de la critique littéraire du siècle passé, savoir "supprimer l'auteur". N'en font-ils pas un peu trop ?

Bon trêve de plaisanterie. Il est certes rageant de vivre loin des bonnes librairies, mais encore plus de se trouver à 773,4 km du Collège de FranceAntoine Compagnon donnait hier sa leçon inaugurale. Le provincial n'a plus qu'à se satisfaire des rares échos de l'événement (ici et ) et à attendre patiemment qu'Amazon mette à sa disposition la publication de la dite leçon et les prochaines publications de celui qui occupe dorénavant la chaire de Littérature moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie de la prestigieuse institution qui est encore à mille lieux de podcaster ses cours !

samedi 25 novembre 2006

Le retour de Li Si

Li Si 李斯 est de retour. Certes, le Li Si qui fait parler de lui ces derniers temps n'est pas celui qui étudia en compagnie de Han Fei 韓非 sous la férule du grand Xunzi 荀子 avant d'aller à Qin 秦 pour y devenir le redoutable Premier ministre du roi Zheng 政 qu'il aida à conquérir les principautés voisines pour unifier la Chine, avant de finir tronçonné à la taille en 208 av. J.-C. Ce n'est pas celui qui est à l'origine de l'autodafé par lequel Qin Shihuang 秦始皇, le Premier Empereur, proscrivit, en - 213, la possession privée d'un certain nombre d'ouvrages, parmi lesquels les Classiques du confucianisme, comme le raconte Sima Qian 司馬遷 dans le Shiji 史記 (Mémoires historiques. Traduction d'Edouard Chavannes (1865-1918), numérisée ici par Pierre Palpant : pour le passage en question, voir tome 2, p. 57-58) :

Le conseiller, votre sujet (Li) Se, se dissimulant qu’il s’expose à la mort, dit : Dans l’antiquité, l’empire était morcelé et troublé ; il ne se trouvait personne qui pût l’unifier ; c’est pourquoi les seigneurs régnaient simultanément. Dans leurs propos, (les lettrés) parlent tous de l’antiquité afin de dénigrer le temps présent ; ils colorent des faussetés afin de mettre la confusion dans ce qui est réel : ces hommes font valoir l’excellence de ce qu’ils ont appris dans leur études privées afin de dénigrer ce qu’a institué Votre Majesté. Maintenant que le souverain empereur possède l’empire dans son ensemble, qu’il a distingué le noir du blanc et qu’il a imposé l’unité, ils mettent en honneur leurs études privées et tiennent des conciliabules. Ces hommes qui condamnent les lois et les instructions, dès qu’ils apprennent qu’un édit a été rendu, s’empressent de le discuter chacun d’après ses propres principes ; lorsqu’ils sont à la cour, ils désapprouvent dans leur for intérieur ; lorsqu’ils en sont sortis, ils délibèrent dans les rues ; louer le souverain, ils estiment que c’est (chercher) la réputation ; s’attacher à des principes extraordinaires, ils pensent que c’est le plus haut mérite ; ils entraînent le bas peuple à forger des calomnies. Les choses étant ainsi, si on ne s’y oppose pas, alors en haut la situation du souverain s’abaissera, tandis qu’en bas les associations se fortifieront. Il est utile de porter une défense. Votre sujet propose que les histoires officielles, à l’exception des Mémoires de Ts’in, soient toutes brûlées ; sauf les personnes qui ont la charge de lettrés au vaste savoir, ceux qui dans l’empire se permettent de cacher le Che (king) [Shijing], le Chou (king) [Shujing], ou les discours des Cent écoles, devront tous aller auprès des autorités locales civiles et militaires pour qu’elles les brûlent. Ceux qui oseront discuter entre eux sur le Che (king) et le Chou (king) seront (mis à mort et leurs cadavres) exposés sur la place publique ; ceux qui se serviront de l’antiquité pour dénigrer les temps modernes seront mis à mort avec leur parenté. Les fonctionnaires qui verront ou apprendront (que des personnes contreviennent à cet ordre), et qui ne les dénonceront pas, seront impliqués dans leur crime. Trente jours après que l’édit aura été rendu, ceux qui n’auront pas brûlé (leurs livres) seront marqués et envoyés aux travaux forcés. Les livres qui ne seront pas proscrits seront ceux de médecine et de pharmacie, de divination par la tortue et l’achillée, d’agriculture et d’arboriculture. Quant à ceux qui désireront étudier les lois et les ordonnances, qu’ils prennent pour maîtres les fonctionnaires. Le décret fut : « Approuvé. »

Non, celui qui a choisi ce nom si longtemps détesté, celui qui fait dresser les cheveux sur la tête de Xu Jiajun 許嘉俊, journaliste au Wenhui dushu zhoubao 文匯讀書周報, a beaucoup moins à se faire pardonner que le pourfendeur des confucéens d'antan. En effet, loin d'avoir fait brûler des livres, il signe une entreprise de multiplication de textes, devenant du coup le chantre de la traduction du chinois au chinois “中譯中” en signant seul la traduction chinoise d'une pléthorique collection publiée en octobre 2006 à Changchun (Province de Jilin) par les éditions Shidai wenyi 時代文藝, ensemble composé de 26 tomes intitulé Nuobei'er wenxuejiang wenji 諾貝爾文學獎文集 soit Collection d'œuvres des Prix Nobel de Littérature, vaste choix qui implique des écrivains issus de pas moins de 12 pays différents.

A en croire Xu Jiajun, lequel dénonce par ailleurs le plagiat éhonté d'un ouvrage consacré par le même homme à la Beat Generation, Li Si s'est contenté de reprendre en les modifiant très légèrement, voire même fautivement, des traductions déjà existantes. Il a donc, sinon inventé, pour le moins abondamment pratiqué, la traduction à valeur négative dépassant par le bas le degré zéro de la traduction. Bien évidemment, les romans de Gao Xingjian n'ont pas été intégrés dans ce choix. Si cela avait été possible, Li Si les aurait sans aucun doute dûment "traduits".

Le site Danwei offre sur ce sujet la traduction d'articles, ainsi que les liens dirigeant vers quelques uns des articles chinois qui ont révélé et commenté l'escroquerie (>> ici <<).

vendredi 24 novembre 2006

Adonaissant

Le 26 mai 2005, je m'en prenais, un peu rapidement et sans trop y réfléchir, aux dérapages de mes étudiants d'alors en relevant quelques-uns de leurs écarts de langages, "perles" d'une session d'examens assez banale. J'avais alors noté ce passage :

... l'héroïne adonaissante se voit contraint de se marier à un enfant de deux ans. ...

Je dois reconnaître aujourd'hui qu'il y avait dans cet enrichissement lexical, sans doute involontaire, une géniale intuition. C'est ce dont je me suis rendu compte en découvrant en librairie le dernier opus de François de Singly qui porte justement pour titre Les adonaissants (Armand Colin, "Individu et Société", 2006. Voir la Table des matières) ouvrage destiné à un "public cultivé" selon l'éditeur. Le commentaire suivant explique comment l'auteur entend le concept qu'il a forgé et qu'il compte bien faire accepter à la communauté savante :

L'adonaissance, voici une notion nouvelle et nécessaire pour désigner cette réalité moderne : les jeunes grandissent plus tôt et différemment. Les adultes le comprennent mal et ne savent pas comment y faire face. .../... Les jeunes n'attendent plus la "crise d'adolescence" pour s'affirmer. Ils le font dès l'entrée au collège, dès 10-11 ans. Mais attention ! .../... Ces adonaissants ne se donnent pas le mot pour être des "tyranneaux domestiques" commandant des parents sans autorité. Plutôt bien intégrés dans la vie de famille et ses contraintes, ils s'individualisent en douceur, ils s'émancipent en prenant appui sur les codes culturels de leur génération. Ils sont déjà "ailleurs" quand on les croit encore "là". Ils apprennent à avoir un certain pouvoir sur eux-mêmes. Alors comment se comporter face à ce mouvement d'individualisation précoce qui peut créer un réel désarroi, un sentiment de perte d'emprise des parents sur leurs adonaissants ? Comment accompagner sans intrusion, comment respecter l'exigence d'autonomie sans s'installer dans une sorte d'apartheid - adultes d'un côté, enfants de l'autre - qui couperait court à toute possibilité de transmission ?

De fait, autant qu'on puisse en juger en interrogeant le net, le terme connaît un rapide succès. Déjà les blogueurs s'en sont emparés (voir ici, ou encore ) et il figure dorénavant dans le vocabulaire des participants à toutes sortes de forums (comme ici, , ou encore ) et aussi des journalistes (ici et ), voire même des "critiques littéraires" (ici). Pourtant, le terme, et son dérivé adonaissance, n'est guère plus séduisant que le préado et la préadolescence d'antan. Si son créateur l'a préféré à adonescent et adonescence, c'est sans doute pour éviter de marcher sur les plates-bandes des inventeurs de l'horrible "adulescent", terme douteux apparu dans la foulée du disgracieux "bobo", du grossier "papyboomer" et du repoussant "célibattante" ! Certes, il n'y a pas de quoi faire un fromage.

En illustration : La Charité (ap. 1536) tableau attribué selon les époques à Lucas Cranach le Vieux (1472-1553) ou à Lucas Cranach le Jeune (1515-1586)

Complément du 03/02/07 :

Il est motivé par la lecture de Bardadrac (Editions du Seuil, "Fiction & Cie", 2006, 453 p.) dans lequel Gérard Genette dresse une liste de quelque 150 "mots-chimères" [pp. 287-295] dont "Adonaissant. Pré-ado" et "Adulescent. Post-ado" (p. 289). Page 288, il explique le pourquoi de cette appellation :

Mot-chimère, puisqu'une chimère est un monstre produit par greffe - tête de lion sur corps de chèvre, etc. On pourrait aussi bien, ou pas plus mal, les qualifier de mots écrasés, mais ne prenons pas trop de risques inutiles.

La liste commence par Abbécédaire. Précepteur ecclésiastique ; Accro-alimentaire. Boulimique incurable et accumule les trouvailles telles que : Anarchiviste. Bibliothécaire bordélique ; Anarcisse. Libertaire égocentrique ; Maîtronome. Chef d'orchestre exclusivement respectueux du tempo ; Réciproquo. Double méprise ou encore Sarkome. Tumeur à droite.

Pour ma part, je propose : Japoniaise pour Vedette de la télévision nippone, mot-chimère qui a naturellement son masculin Japoniais.

mercredi 11 octobre 2006

9781579584412

9781579584412 est l'ISBN de l'Encyclopedia of Erotic Literature, éditée par Gaëtan Brulotte et John Phillips qui vient de paraître chez Routledge (New York et Londres). Elle coûte pas moins de 289 € sur Amazon.fr, 321 € sur la version allemande du fameux site de vente par internet, 202 £ sur l'anglaise, 285 $ sur l'américaine, 47.123 Yen sur la japonaise et 277 CDN$ sur la canadienne.

L'ouvrage est publié en deux beaux et gros volumes : le volume 1 couvre les lettres A à K, soit d'Abélard and Héloïse au russe Mikhail Kuzmin (1872-1936) ; le volume 2, la fin de l'alphabet, soit de L. Erectus Mentulus (Lupton Allemong Wilkinson, c. 1900-1993) à notre bon Emile Zola (1840-1902). Chaque volume présente le même index de 203 pages et est précédé de 36 pages proposant une introduction, la liste des auteurs et celle des quelque 500 entrées (formatée en essais de 1000 à 8000 mots). Le texte présenté sur deux colonnes court sur 1468 pages.

La littérature chinoise y est traitée en 27 articles dont voici le détail (avec le cas échéant, une ou deux informations sur le contenu, ainsi que le nom de l'auteur de la notice) :

1/ Admirable Discourses of the Plain Girl : pp. 7-8. Le Sunü miaolun présenté par André Lévy (Université de Bordeaux) qui l'a traduit sous le titre Le sublime discours de la fille candide (Picquier, "Pavillon des corps curieux", 2000).
2/ Art of the Bedchamber Literature : pp. 78-83. Long article de Douglas Wile (Brooklyn College CUNY), auteur de Art of the bedchamber : The Chinese Sexual Yoga Classics (Albany, NY : SUNY, 1992) dont il fournit là une utile synthèse.
3/ Bai Xingjian : pp. 101-102. Frère du poète Bai Juyi, Bai Xingjian (?-826) est crédité par Douglas Wile du Tiandi yinyang jiaohuan dale fu [Prose Poem on the Supreme Joy of the Sexual Union of Yin and yang, Heaven and Earth].
4/ Ban Jieyu : pp. 108-109. Poètesse chinoise ayant vécu vers - 48 jusqu'à 8 av. J.-C., créditée de deux fu et dont l'œuvre est présentée par Claude Fouillade (New Mexico State University).
5/ Bi Yu Lou [The Jades Pavilion] : pp. 141-143. Le pavillon des jades (Picquier, "Le Pavillon des corps curieux", 2003) par son traducteur (PK, Université de Provence).
6/ Books of Odes [Shih-Ching] : pp. 153-154. Le Shijing par Olivia Milburn (University of London).
7/
Cao Xueqin (1715-1764) : pp. 200-201. L'auteur du Hongloumeng et son œuvre par Andrew Schonebaum (Barnard College).
8/ Collected Writings of Fragant Elegance
: pp. 267-271. Long article d'André Lévy sur la collection Xiangyan congshu élaborée par un certain Zhang Tinghua au début du XXe siècle.
9/ Deng Xixian : pp. 331-332. Le Zijin guangya da xian xiuzhen yanyi et son auteur - un "Chinese sexual alchemy writer" mort après 1594 -, présentés par A. Lévy.
10/ Dengcao heshang zhuan [The Candlewick Monk] : pp. 332-334. Le Moine mèche de lampe (Picquier, "Le Pavillon des corps curieux", 1998), par son traducteur (PK).
11/ Ge Hong (283-343) : pp. 527-528. Excellent article de Philippe Che (Université de Provence) sur l'auteur qu'il a déjà présenté et traduit en français (La voie des divins immortels, Gallimard, "Connaissance de l'Orient", 1999).
12/ Huang : pp. 647-648. Xia Tingshi (1316-1368), alias Huang à qui l'on doit le Qinglouji - anthologie de portraits de chanteuses/actrices -, présentés par A. Lévy.
13/ Jin Ping Mei [Plum in the Golden Vase] and Gelian Huaying [Flower Shadows behind the Curtain] : pp. 698-702. Article non signé (!) sur le meilleur des Quatre romans extraordinaires des Ming et sa suite.
14/ Jingu qiguan [The Oil Vendor Who Conquers the Queen of Beauty] : pp. 702-703. Présentation par A. Lévy de la fameuse anthologie de contes du XVIIe siècle et d'un de ses chefs-d'œuvre, avec une référence au conte qu'en a tiré Li Yu (1611-1680) et à la traduction que j'en ai donné sous le titre de "Reine de cupidité".
15/ Li Yu : pp. 809-813. Li Yu (1611-1680), ses contes, ses nouvelles et son roman, Rouputuan [Chair, tapis de prière], par votre serviteur (PK).
16/ Lü Dongbin : pp. 836-837. Lü Yan (755-805) pour le Chunyang yanzheng fuyou dijun jiji zhiming par A. Lévy.
17/ Lü T'ian-chêng : pp. 837-839. L'auteur, Lü Tiancheng (vers 1580 - vers 1620), et le roman Xiuta yeshi présentés par A. Lévy qui oublie de signaler que le roman a été traduit en français : Histoire hétérodoxe d'un lit brodé (Huang San, Lionel Epstein (trad.), Picquier, 1997).
18/ Mao Xiang (1611-1693) : pp. 857-858. D. Wile s'attache au Yingmei'an yiyu que M. Vallette-Hémery a rendu en français sous le titre de La Dame aux pruniers ombreux (Picquier, 1992)
19/ Sexual Alchemy Literature, Chinese : pp. 1208-1210. Douglas Wile, à nouveau.
20/ Shangqing Huangshu Guoduyi [Yellow Book Salvation Ritual of Highest Purity] : pp. 1218-1220. Douglas Wile, encore.
21/ Sun Wei (Xe s.) : pp. 1261-1262. Pour ses Shennü zhuan [Biographies of Goddesses], par A. Lévy.
22/ Szû-ma Hsiang-ju (mort en 117 av. J.-C.) : pp. 1270-1272. Le grand poète Sima Xianru par O. Milburn.
23/ Tang Yin (1424-1524) : pp. 1275-1276. Pour son Sengni niehai (Moines et nonnes dans l'océan des péchés, Picquier, 1992), présenté par A. Lévy.
24/ Yaohu yanshi [The Voluptuous History of Fox Demons] : pp. 1443-1444. Galantes chroniques de renardes enjôleuses (Picquier, "Le Pavillon des corps curieux", 2005), par PK.
25/ Zhang Zu (né en 657, mort en 730) : pp. 1457-1458. A. Lévy sur le Yu xianku [Visiting the Fairy Cave] attribué à Zhang.
26/ Zhaoyang qushi : pp. 1459-1460. Traduit en français sous le titre de Nuages et pluie au palais des Han (Kontler, trad., Picquier, 1990), il est présenté ici par Wu I-Hsien (Columbia University).
27/ Zhulin Yeshi [Unofficial History of the Bamboo Grove] : pp. 1460-1462. Traduit en français sous le titre de Belle de Candeur (C. Kontler (trad.), Picquier, 1990), ce roman est ici présenté par A. Schonebaum.

Un constat s'impose :

8 (ou 9 : l'article sur Jin Ping Mei ?- n° 13) signatures seulement qui se répartissent la charge de la manière suivante : A. Lévy, 10 entrées (n° 1, 8, 9, 12, 14, 16, 17, 21, 23 et 25) ! ; D. Wile, 5 (n° 2, 3, 18, 19 et 20) ; PK, 4 (n° 5, 10, 15 et 24) ; O. Milburn (n° 6 et 22) et A. Schonebaum (n° 7 et 27), 2 ; P. Che (n° 11), C. Fouillade (n° 4) et Wu I. (n° 26), une.
• surtout, l'ouvrage ne propose que 27 entrées seulement pour un corpus bien plus vaste dont l'inventaire serait à entreprendre.
• ce choix dépend du reste en grande partie de celui réalisé voici plus de 40 ans déjà par Robert H. van Gulik pour son incontournable Sexual Life in Ancient China: A Preliminary Survey of Chinese Sex and Society from ca. 1500 B.C. till 1644 A.D. (Leiden : E.J. Brill, 1961) [La vie sexuelle dans la Chine ancienne. (Louis Evrard, trad.) Paris : Gallimard, "Bibliothèque des histoires", 1971].

Beaucoup reste donc à faire en vue d'une hypothétique réédition augmentée de cette très riche encyclopédie qui réserve de bonnes surprises, et qui peut rendre de véritables services autant au chercheur qu'au simple curieux de la littérature érotique mondiale.

mercredi 27 septembre 2006

Officiel Kong

A quelques jours du 2557ème anniversaire de sa naissance, laquelle a été fixée arbitrairement au 28 sept. 551 av. J.-C., la Fondation Confucius de Chine (中国孔子基金会) a dévoilé à Qufu (Shandong) une statue de Confucius. Celle-ci a été présentée en grande pompe comme la "représentation de référence" en un mot la "statue officielle" du grand penseur (孔子标准像). La Fondation se défend de vouloir s'octroyer un monopole, mais assure vouloir contribuer à la diffusion de la pensée de Confucius, notamment à l'étranger, en fournissant une image unique et facilement reconnaissable du Maître. Les commentaires n'ont pas manqué de fuser (cf. notamment le dossier sur Sina.com). Cette initiative est naturellement diversement appréciée. Purement commerciale pour les uns, elle est jugée tout simplement ridicule par d'autres comme Ren Jiyu 任继愈. Certains ont même fait le rapprochement avec une représentation vieille de 1000 ans. A chacun de juger à partir de ce cliché. Ah ! si seulement, elle était en chocolat, tout le monde serait d'accord.

En bonus, voici un choix de photos prises très récemment au Kongzi miao 孔子庙 (Temple de Confucius) et au Guozijian 国子监 (Collège Impérial) de Pékin, lesquels sont en train de faire peau neuve pour les JO de 2008. >> ici <<

lundi 25 septembre 2006

1/1

Quoi de plus rébarbatif en apparence que l'exploration d'une base de données bibliographiques ou la consultation d'un fichier de bibliothèque ? Pourtant ceux des grandes bibliothèques chinoises réservent toujours d'heureuses surprises : la présence d'un livre qu'on n'espérait plus trouver, la révélation d'ouvrages dont on ne connaissait pas même l'existence, et puis la localisation d'éditions rares jamais signalées dans les meilleurs index spécialisés.
Le fichier central de la Bibliothèque Nationale de Chine 中国国家图书馆 m'a fourni tout récemment tout cela et bien plus, savoir une occasion rare dans un lieu consacré à l'étude, d'éclater bruyamment de rire. La raison de cet écart aux règles en vigueur dans ce temple de la recherche, écart qui est du reste passé totalement inaperçu, se trouve sur la photo ci-contre. Ce cliché d'écran correspond à la recherche 'ouvrages en langues occidentales sur Li Yu'. Cette recherche ne donne curieusement qu'une seule fiche et laisse de côté une multitude d'ouvrages bien plus intéressants que celui-ci. Ainsi va la vie et les mystères des catalogues.

Il n'empêche que le plat de résistance pour moi (deux belles éditions du Shi'er lou 十 二樓) se trouvait non pas dans le déjà vieux bâtiment de la nouvelle BNC - lequel va faire peau neuve très prochainement -, mais dans l'ancien bâtiment de la Wenjin jie 文津街 à deux pas de Beihai 北海 au NO de la Cité interdite. L'endroit est propice à l'étude et conserve le charme - et les inconvénients - de ma première visite ... il y a 20 ans !

Trêve de propos oiseux, il me reste à mettre au clair une masse de notes prises à la volée qui, à elle seule, justifie pleinement d'avoir passé dix jours en terre chinoise.

Quelques photos de mon séjour dans la capitale sont visibles à partir d' ici.

vendredi 1 septembre 2006

63848720

63848720 est un des numéros de "Téléphones usuels" proposés par le Quotidien du Peuple online aux touristes qui visitent Pékin. C'est celui qui permet de contacter le service des 'Dénonciations'. Bien calé entre celui de l'agent de service de l'Hôtel de ville et celui de la Sécurité publique, il a de quoi intriguer, d'autant qu'il existe, par ailleurs, des numéros dédiés au Dépôt de plaintes !

Curieux de savoir si notre beau pays disposait d'un service identique, je suis rapidement tombé sur un site sans équivoque, Denonciation.com, "La dénonciation civique sans calomnie ni délation", et qui vise "les malfaisants de tous bords".
Il fournit même un formulaire en ligne bardé d'un mode d'emploi très précis. Celui-ci indique notamment qu'il faut "Entrez ici (fenêtre n° 19) le détail de la dénonciation. Vous disposez de 25000 caractères soit environ 5 pages de texte. Essayez d'être précis(e) et concis(e). N'oubliez pas qu'il faut absolument des preuves, des documents originaux ou certifiés conformes, des photos, des témoignages, etc."
Ce site dont le(s) maître(s) d'oeuvre avance(nt) masqué(s), comme Batman, offre aussi la possibilité de s'exprimer dans une rubrique "Sondages". L'un d'entre eux a pour thème "Le boycott éventuel de la Chine, quand nos gouvernements ne peuvent ou ne veulent pas nous défendre ?" Résultat des 79 votes exprimés à ce jour : OUI : 57 (72,2 %) - NON : 22 (27,8 %).

No comment !

mardi 29 août 2006

Simp vs Comp

"It is always much simpler to focus on the next step than to focus on the entire task." (Edward de Bono, Simplicity (Penguin, 1999) p. 253)

De Bono renforce cette formule fort pertinente par celle-ci : "A journey of a thousand miles starts with one step" qui fait penser à ce bout de Dao De jing 道德經 : 千里之行始於足下 (qian li zhi xing shi yu zu xia) que Roger Darrobers a traduit par "Un voyage de mille li commence à vos pieds" (Proverbes chinois, Le seuil, 1996, p. 123).

Voici de quoi faire ruminer les plus impatients jusqu'à la lecture de The Laws of Simplicity (Simplicity: Design, Technology, Business, Life) (MIT Press) de John Maeda :

This title presents ten laws of simplicity for business, technology, and design that teach us how to need less but get more. Finally, we are learning that simplicity equals sanity. We're rebelling against technology that's too complicated, against DVD players with too many menus, and software accompanied by 75-megabyte "read me" manuals. The iPod's clean gadgetry has made simplicity hip. But sometimes we find ourselves caught up in the simplicity paradox: we want something that's simple and easy to use - but also does all the complex things we might ever want it to do. In "The Laws of Simplicity", John Maeda offers guidelines, ten laws for balancing simplicity and complexity in business, technology, and design - for needing less and actually getting more. Maeda - a professor in MIT's Media Lab and a world-renowned graphic designer - explores the question of how we can redefine the notion of "improved" so that it doesn't always mean something more, something added on. Maeda's first law of simplicity is "Reduce." It's not necessarily beneficial to add technology features just because we can. And the features that we do have must be organized (Law 2) in a sensible hierarchy so users aren't distracted by features and functions they don't need. But simplicity is not less just for the sake of less. Skip ahead to Law 9: "Failure: Accept the fact that some things can never be made simple." Maeda's concise guide to simplicity in the digital age shows us how this idea can be a cornerstone of organizations and their products - how it can drive both business and technology. We can learn to simplify without sacrificing comfort and meaning, and we can achieve the balance described in Law 10. This law, which Maeda calls "The One," tells us: "Simplicity is about subtracting the obvious, and adding the meaningful."

John Maeda a créé pour l'occasion un nouveau blog : The Laws of Simplicity. Le 'Simplicity/complexity trend meter' du MaedaStudio, y a fait l'objet d'une mise à jour.

lundi 28 août 2006

Programme Confucius

Bien évidemment, la solution du jeu proposé dans 'RAB DE KONG' était l'illustration n° 11 qui montre, non pas un Confucius réinventé déguisé en costume cravate, mais le précédent Premier Ministre de la France en train de lire le dernier opus de son ami José Frèches !

C'est, en effet, dans cette posture majestueuse et l'air de circonstance que le plus grand ami actuel de la Chine de Hu Jintao et de Wen Jiabao livre son discours déjà bien rodé en faveur d'un partenariat équilibré de l'Europe avec la Chine et milite pour la mise en place d'un "programme Confucius" capable de "bâtir une alliance de stratégie, de projets et de méthodes". Si le cœur vous en dit vous pouvez prendre connaissance du message en écoutant l'homme providentiel sur RFI, en le regardant à partir de son Blog ou simplement en le lisant sur Chine-informations.com ou dans une version à peine plus digeste sur le site du Figaro. Les inconditionnels peuvent même télécharger un "Livret Chine", document pdf de 61 pages intitulé Une stratégie européenne pour la Chine.

En un mot "N'ayons pas peur de la Chine", JPR et ses 'amis' (parmi lesquels on trouve François Julien) ont la situation bien en main.

Le message est également relayé en Chine par le bien pensant Quotidien du Peuple en ligne et en français qui, dans sa rubrique "Horizon", reformule par deux fois le slogan : "Le monde ne doit pas craindre la Chine" et "Il ne faut pas craindre la Chine".

dimanche 27 août 2006

Rab de Kong

Onze représentations de Confucius pour compléter la précédente [voir 'VISAGES DU MAÎTRE' dans "Confusionisme"] avec, là encore, un intrus : à vous de le trouver -- des explications sur la raison de sa présense dans un avenir proche.


1



2



3



4



5



6



7



8



9



10



11



12

mercredi 23 août 2006

Perles estivales (3)

"Perles estivales" - suite et peut-être fin, avec ce poème de Georg Trakl (1887-1914) découvert voici plus de vingt ans dans la version d'Anton Webern (1883-1945), opus 13, 4 (composée en 1918, revue en 1922) et qui me frappe toujours avec la même force :
Ein Winterabend

Wenn der Schnee ans Fenster fällt,
lang die Abendglocke laütet,
vielen ist der Tisch bereitet
und das haus ist wohl bestellt.

Mancher auf der Wanderschaft
kommt ans Tor auf dunklen Pfaden.
Golden blüht der Baum der Gnaden
aus der Erde kühlem Saft.

Wanderer tritt still herein ;
Schmerz versteinerte die Schwellen.
da erglänzt in reiner Helle
auf dem Tische Brot und Wein.



Il date de 1913. A la même date, Trakl confie à un de ses amis : "Je vis entre la fièvre et l'évanouissement, dans des chambres ensoleillées où il fait un froid indicible. Etranges frissons de métamorphose, ressentis dans mon corps à la limite du supportable, vision de ténèbres, avec la certitude d'être mort, extases jusqu'à une fixité de pierre ; et continuation de rêves trsites." ; "Ces derniers temps j'ai englouti une mer de vin, de schnaps et de bière." ; "Je me sens presque déjà de l'autre côté." [Traduction Marc Petit et Jean-Claude Schneider, Georg Trakl, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, “Du monde entier”, 1972]. L'année suivante, Trakl, né le 3 février 1887, à Salzbourg, meurt d'une paralysie cardiaque due à l'absorption de cocaïne. Il avait vingt-sept ans.

Je ne sais s'il existe une traduction idéale de ce poème. En voici trois qui tombent d'accord sur le traduction du titre : “Un soir d’hiver

Quand tombe la neige contre la fenêtre/Et sonne longuement la cloche du soir,/Pour beaucoup la table est mise/Et la maison est bien pourvue.//Plus d’un, parti en voyage,/Arrive aux portes par d’obscurs chemins./L’arbre de la Grâce fleurit, d’or,/Nourri du suc frais de la terre.//Le voyageur entre en silence ;/La douleur a pétrifié le seuil./Alors s’allument dans une clarté pure/Sur la table pain et vin.

(Traduction Marc Petit et Jean-Claude Schneider, op. cit., p. 100).


Quand il neige à la fenêtre,/Que longuement sonne la cloche du soir,/Pour beaucoup la table est mise/Et la maison est bien pourvue.//Plus d'un qui est en voyage/Arrive à la porte sur d'obscurs sentiers./D'or fleurit l'arbre des grâces/Né de la terre et de sa sève fraîche.//Voyageur entre paisiblement ;/La douleur pétrifié le seuil./Là resplendit en clarté pure/Sur la table pain et vin.

Traduction François Fédier in Martin Heidegger, Acheminement vers la parole (traduction de Unterwegs zur Sprache (1959) par Jean Beaufret, Wolfgang Brokmeier, François Fédier). Paris : Gallimard, "Tel", n° 55 (1976) 1981: "La parole" ("Die Sprache", trad. F. Fédier, pp. 11-37), p. 37.


Lorsque la neige aux vitres frappe,/ Que l'angélus longuement sonne,/ La table est mise pour beaucoup/ Et la maison est bien garnie.// Maint compagnon en cours d'errance/ Arrive par d'obscurs chemins./ L'arbre de grâce a des fleurs d'or/ Puisées au suc frais de la terre.// Le voyageur entre en silence ;/ La douleur pétrifia le seuil./ Et l'on voit luire sur la table/ Clair et pur le pain et le vin.

Traduction de Jacques Legrand, in Georg Trakl, Poèmes majeurs. Paris : Aubier, "Domaine allemand" bilingue, 1993, p. 209 et Georg Trakl, Poèmes II (Poèmes majeurs). Paris : GF, (1993) 2001, p. 209.

mardi 22 août 2006

Perles estivales (2)

Dans ses Façons d'endormi, façons d'éveillé (Gallimard, 1969, pp. 113-117), Henri Michaux (24 mai 1899 - 18 octobre 1984) livre "Quelques rêves, quelques remarques" dont ces "Examens en Chine" :

Je suis en Chine ; arrivé d'un pays voisin, plutôt par erreur. On me donne d'entrée de quoi écrire pour suivre avec d'autres déjà bien avancés, une classe de chinois. Pas commode à tracer les caractères, ni à distinguer les uns des autres, ni à retenir. J'en trace un certain nombre, commettant beaucoup de fautes. Sans autrement broncher, de temps à autres les maîtres se penchent sur ma copie, la copie qui va décider de tout. L'épreuve continue et je confonds toujours certains caractères.
Or il y a 700 caractères qui signifient "mérite la mort".


Ailleurs, dans Idéogrammes en Chine (Fata Morgana, 1975), il écrit :

"Toute langue est un univers parallèle. Aucune avec plus de beauté que le chinois."

lundi 21 août 2006

Perles estivales (1)

Pour mon retour en bloggomanie, voici des bribes de (re-)lectures estivales et d'abord deux jolies perles tirées des Bijoux indiscrets (1748) de Denis Diderot (1713-1784) [dans Diderot, Œuvres. André Billy (ed.). Gallimard, "La Pléiade", 1951 ou >>ici<< ] Qui ne connaît le prétexte de ce "roman frivole où s'agitent des questions graves" (dixit G. H. Lessing, Dramaturgie de Hambourg, 1767-69) et que Diderot renia : le sultan Mangogul reçoit du génie Cucufa un anneau dont il suffit de tourner le chaton pour que la dame en présence confesse, par l'intermédiaire de son sexe - son "bijou", ses secrets les plus intimes.

Au chapitre XXXI, l'essai de la bague sur la jument du sultan produit un charabia que Mangogul fait consigner, puis trente de faire traduire ....

"Le prince en fit distribuer sur-le-champ des copies à tous ses interprètes et professeurs en langues étrangères, tant anciennes que modernes. L'un dit que c'était une scène de quelque vieille tragédie grecque qui lui paraissait fort touchante ; un autre parvint, à force de tête, à découvrir que c'était un fragment important de la théologie des Égyptiens ; celui-ci prétendait que c'était l'exorde de l'oraison funèbre d'Annibal en carthaginois ; celui-là assura que la pièce était écrite en chinois, et que c'était une prière fort dévote à Confucius.
Tandis que les érudits impatientaient le sultan avec leurs savantes conjectures, il se rappela les
Voyages de Gulliver, et ne douta point qu'un homme qui avait séjourné aussi longtemps que cet Anglais dans une île où les chevaux ont un gouvernement, des lois, des rois, des dieux, des prêtres, une religion, des temples et des autels, et qui paraissait si parfaitement instruit de leurs moeurs et de leurs coutumes ; n'eût une intelligence parfaite de leur langue. En effet Gulliver lut et interpréta tout courant le discours de la jument malgré les fautes d'écriture dont il fourmillait. C'est même la seule bonne traduction qu'on ait dans tout le Congo. Mangogul apprit, à sa propre satisfaction et à l'honneur de son système, que c'était un abrégé historique des amours d'un vieux pacha à trois queues avec une petite jument, qui avait été saillie par une multitude innombrable de baudets, avant lui ; anecdote singulière, mais dont la vérité n'était ignorée, ni du sultan, ni d'aucun autre, à la cour, à Banza et dans le reste de l'empire." (p. 113. ou >>x<< ) Plus loin (chap. XLII, p. 163), Diderot livre par la bouche de Bloculocus une réflexion définitive sur la traduction :

"Il n'est pas nécessaire d'entendre une langue pour la traduire, puisque l'on ne traduit que pour des gens qui ne l'entendent point."

Pour lire tout (ou presque tout) Diderot sans sortir de chez soi, les Œuvres complètes telles qu'elles furent établies en 1875 (Garnier frères) sont accessibles en ligne sur le site de la BNF avec des accès rapides à partir d'une table fort pratique.

Les Bijoux indiscrets figurent au Tome 4 (pp. 130-378) précédés d'une "Note préliminaire" [pp. 133-138] fort instructive qui commence par cette mise en garde :
"Voici un livre qui a été bien discuté, et qui, nous le comprenons de reste, n'a pas le droit d'être publié autrement que dans une collection d'œuvres complètes, où il est comme noyé et trouve immédiatement son correctif."

Finalement, c'est seulement avec le vingt-sixième essai de l'anneau (Chapitre XLVII) que Diderot décrit plus crûment les ébats de ses personnages. Comble de l'ironie, il fait parler le bijou polyglotte de Cypria successivement en anglais pour ses aventures londoniennes, en latin pour les épisodes allemand et autrichien, en italien pour ses frasques romaines, pour finir "sur un ton moitié congeois et moitié espagnol" et conclut ainsi :

"L'auteur africain finit ce chapitre par un avertissement aux dames qui pourraient être tentées de se faire traduire les endroits où le bijou de Cypria s'est exprimé dans des langues étrangères.
« J'aurais manqué, dit-il, au devoir de l'historien, en les supprimant ; et au respect que j'ai pour le sexe, en les conservant dans mon ouvrage, sans prévenir les dames vertueuses, que le bijou de Cypria s'était excessivement gâté le ton dans ses voyages ; et que ses récits sont infiniment plus libres qu'aucune des lectures clandestines qu'elles aient jamais faites. »
"

mardi 13 juin 2006

Ad gloriam

Un nouveau volume de l'Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire vient de sortir (Paris : Collège de France - Institut des Hautes Etudes Chinoises, "Mémoire de l'IHEC", vol. VIII-5, 2006, 320 p. - Diffusion De Boccard).

Il fournit les résumés de 85 contes de 5 collections, soit les 40 récits du Xing shi yan 型世言 [Contes exemplaires, 1632, XSY] découvert à Séoul par Chan Hing-ho en 1987 dans l'ancienne bibliothèque royale, les 18 [12 + 6] Wushengxi 無聲戲 de Li Yu 李漁 [Comédies silencieuses, 1654-1656 ?, W I et W II], les 12 Doupeng xianhua 豆棚閒話 [Propos oiseux sous la tonnelle aux haricots, 1681 ?, Dp], les 5 Yunxian xiao 雲仙笑 [Les rires du génie des Nuées, avant 1673, YX] et les 16 Xihua jiahua 西湖佳話 [Belles histoires du lac de l'Ouest, 1673, Xj]. Ils sont signés par Chan Hing-ho et Angel Pino (XSY), Jacques Dars (Xj), Rainier Lanselle (W I, Dp) et moi-même (W II, YX).

Quel que soit le regard que l'on porte sur le contenu de ce cinquième volume qui, comme le signale l'avant-propos, "complète les quatre premiers" en "en prolongeant la chronologie", d'une part, et en "en comblant les lacunes", d'autre part, sa publication constitue un événement particulièrement notable.

Ceux qui utilisent de longue date ce travail mis en chantier par André Lévy voici trente ans, savent les services immenses que rendent ces notices aux spécialistes du roman chinois ancien, mais aussi à ceux qui veulent mieux comprendre la société chinoise de la fin de la période impériale.

Voici, pour les autres, un rapide rappel des étapes qui ont précédé cette nouvelle publication :

• le premier volume (vol. VIII-1, 347 pages) entièrement de la main d'André Lévy a été publié en 1978. Il traitait 79 contes : les Qingpingshantang huaben 清平山堂話本 (29 contes, Q), les quatre Xiong Longfeng xiaoshuo 熊龍峰小說 (Xl), une demi-douzaine de pièces dites anciennes (Pd) et le premier recueil des San yan de Feng Menglong, soit le Gujin xiaoshuo 古今小說 (rebaptisé Yushi mingyan 喻世明言, 40 contes, S I)

• le deuxième volume de l'inventaire (vol. VIII-2, 461 pages), pour moitié du même auteur et pour l'autre moitié reposant sur l'assistance de 8 collaborateurs, paraît en 1979. Il prenait en compte les deux autres volumes des San Yan, soit les 80 contes du Jingshi tongyan 警世通言 (40 contes, S II) et du Xingshi hengyan 醒世恆言 ( 40 contes, S III).

• le troisième volume (vol. VIII-3, 526 pages), sortit en 1981, réunissait 79 notices dues à 12 collaborateurs. Il s'attachait aux recueils de Ling Mengchu, ses Pai'an jingqi 拍案驚奇 (P I & P II).

• il fallut attendre 1991, pour voir paraître le quatrième volume (vol. VIII-4, 378 p.). Fruit de la collaboration de 14 personnes, il réunit 96 récits de six recueils : Shi dian tou 石點頭 (14 contes, D), Xihu erji 西湖二集 (34 contes, X), Huanxi yuanjia 歡喜冤家 (24 contes, H), Yi pian qing 一片情 (14 contes, YP) et Qing ye zhong 清夜鐘 (16 contes, Y).

C'est donc pas moins de 15 ans après que ce volume qui devrait être l'avant dernier de la série voit enfin le jour grâce à la pugnacité de Chan Hing-ho. Souhaitons que le sixième volume souhaité et déjà bien avancé, soit bouclé et diffusé avant ... 2026. Il devrait s'attacher à plusieurs collections importantes dont Longyang yishi 龍陽逸史 (20 contes), Zuixing shi 醉醒石 (15 contes) et Fengliu wu 風流悟 (8 contes) ; je devrais y contribuer pour les 12 nouvelles du Shi’er lou 十二樓 , les 6 contes subsistants du Shi'er xiao 十二笑 , les deux rescapés du Huzhong tian 壺中天, voire les quatre du Zhaoshi bei 照世杯.

Qui vivra verra.

vendredi 26 mai 2006

In memoriam Aloïs Tatu


Aloïs Tatu n’est plus. Il a rendu son dernier souffle à la fin de l’année 2005 et personne n’a tenté de le ranimer. Un bilan de son “œuvre” est donc possible et sans doute souhaitable. Son évaluation quantitative ne pose aucun problème. Le décompte de sa contribution est facile à faire : en tout et pour tout, trois traductions, par lui signées, ont été publiés entre 1998 et 2005. La première (1998) est passée en format de poche (2002), la deuxième (2003), pas encore, le troisième (2005) est encore chaude. L’appréciation qualitative, quant à elle, viendra en son temps.
Elle ne pourra guère s’appuyer sur l’avis des lecteurs de ces trois ouvrages, car ils n’ont pas suscité beaucoup de commentaires. Les seuls que l’on trouve sur le net n’apportent pas grand chose au débat ; ils méritent pourtant d’être relevé. Je n’ai conservé que ceux qui proposent une appréciation sur les livres et ne se contentent pas de piller leur quatrième de couverture.

Galantes chroniques de renardes enjôleuses
1. “Un livre dont il n'y a pas grand chose à tirer “ est l’avis formulé sur Shoshosein, qui se définit comme un “site sur l'Asie en général, et sur les mangas et l'animation en particulier”. Voici le jugement dans son intégralité initiale :

Dans la préface nous trouvons une jolie phrase d'accroche : Ce livre "nous fait entrer dans les sous-sol de la littérature de divertissement".Dès le départ je n'ai pas aimé la tonalité de type "conte", du genre "et il a fait ceci, et il a rencontré un dieu qui lui a dit que..." j'aime pas trop, d'autant plus qu'il y a de l'érotisme que dans le premier chapitre.
Une histoire au demeurant très courte : 12 chapitres de 6 pages chacun
histoire sans vraiment d'intérêt.
J'ai l'impression qu'on a artificiellement fait entrer ce roman vaguement érotique dans le Pavillon des Corps Curieux, en entrecoupant chaque chapitre d'illustration d'époque (explicites bien sûr). déçu.
Quant à "Les renardes par l'une d'elle", écrit par Solange Cruveillé, c'est
un historique des légendes sur les renardes, pas mal.
Pour vous faire un peu une idée de la forme :
On retrouve la même structure tout au long des chapitres :
"arrivé à ce point, vous vous demandez sûrement quelle était l'apparence de cette Immortelle? Eh bien, un quatrain va satisfaire votre curiosité" s'en suit 4 vers
Quant à la fin des chapitres, il y a toujours une formule, un "à suivre" : "si vous voulez savoir ce qu'il advient par la suite, eh bien écoutez ce que le chapitre suivant a à vous conter."
Enfin, 30 pages de notes, très bien faite, mais ralentissent la lecture. Elles peuvent se lire indépendamment, comme un lexique de culture chinoise.
Un livre dont il n'y a pas grand chose à tirer.
Docteur Spider, ne remercie pas sa chérie pour ce cadeau de la Saint Valentin (mais bon j'ai eu un super pull), 24/02/06
Dans le genre littérature chinoise classique, érotique et magique,
Le moine mèche-de-lampe semble meilleur...

2. Le Catalogue de la bibliothèque de Montréal fournit quant à lui en complément d’une notice bibliographique impeccablement établie, un court “résumé” équitable mais fort impersonnel :

Roman érotique anonyme, au ton parfois rabelaisien, qui date approximativement du milieu du 18e siècle. Une introduction (p.7-19) et une postface sur le thème de la renarde (p. 121-132) aident à mieux situer ce texte dans la tradition romanesque et folklorique chinoise. Comprend un lexique (p. 133-159) et des indications bibliographiques (p. 161-166). [SDM]


Le pavillon des jades
1. La notice qui figure dans la rubrique livre du “Club des passionnés de l’Asie” du site Asiexpo le fait venir du Japon. Jean-Pierre Gimenez, son rédacteur, donne un résumé de l’ouvrage

Un homme n’arrivant plus à satisfaire son épouse, s’en va à la capitale suivant les conseils d’un ami. Ce dernier, plutôt faux, profite de l’occasion pour la séduire. S’en suivent quelques parties galantes que l’on qualifiera volontiers de lestes. Mais l’époux aussitôt attifé d’un appareil plus conséquent n’aura de cesse de rattraper le temps perdu, quitte à se fourvoyer avec un esprit démoniaque et à en perdre la tête.


et livre son commentaire

Réjouissant roman coquin et libertin de la Chine ancienne, “Le Pavillon des jades” se distingue par la verdeur de ses propos et la rougeur qui ne manquera pas d’empourprer vos joues à sa lecture.
2. Le Catalogue de la bibliothèque de Montréal toujours :

"Première traduction, toutes langues confondues", d'un roman érotique chinois, en langue vulgaire, dont l'intérêt reposerait, selon P. Kaser, en partie sur la "multiplicité des liens avec d'autres textes qu'il offre à la sagacité du lecteur". L'oeuvre expose une sexualité "saine et sportive" (cf. l'introduction p. 9-27, qui précise que la période de rédaction demeure à ce jour mystérieuse, mais postérieure à 1657). Répertoire, p. 149-163. On peut avoir des doutes sur "l'authenticité" de ce roman "plaisamment dérangeant". [SDM]


Le moine mèche de lampe
1. Le Catalogue de la bibliothèque de Montréal encore :
Roman érotique du 17e siècle, avec famille mandarinale confrontée à quatre séduisants succubes, et moine lubrique. Introduction dialoguée de ton badin, p. 7-19. [SDM]
2. J’ai extrait les échanges suivants d’un des blogs du site psychologies.com.

Et puis, la librairie..
Mes achats du jour ??? Alors :
"Le Moine mèche de lampe" Pffff, pas dispo, et pas sûre de trouver, la dame.....c'est au moins la 4ème boutique où je me casse les dents, j'ai commandé, mais ... c'est un vieux livre de ...98 m'a dit l'employée !!! à suivre..


Commentaires
Tu peux commander Le Moine mèche de Lampe sur amazon.com. Je l'ai fait la semaine dernière et attends la livraison.Info au cas où ... ta libraire bloquerait. lol
Ne ferait-elle pas un peu de censure ?

Bises

Ailleurs sur le même site en commentaire à

Pour ceux et celles que se poseraient la question : ce n'est pas mon conte chinois qui a éveillé mes sens (un peu juste pour ce qui est de la suggestion) mais si vous en connaissez qui mettent le feu aux poudres, je suis preneuse ;-))

voici ce que l’on peut lire, rédigé par “Isa” le 21/7/2005 :

Pour le feux aux poudres, moi j'aime beaucoup
"le moine mèche de lampe" roman erotique Chinois.
J'aime bien l'effet que cela me procure...alone in my bed.....Oh my God !!!!
kiss

Instructif & déprimant !

jeudi 25 mai 2006

Baidu-Li

Se référant à un article du Financial Times du 11 mai 2006, le service en ligne de BBC News annonçait (le même jour) la naissance du Wikipedia chinois et en dénonçait les limites :

China's leading web search company has launched an online, user-generated encyclopedia modelled on the US-based Wikipedia, which is blocked by Beijing. The new service from Baidu.com, Baidupedia, is heavily self-censored to avoid offending the Chinese government. Wikipedia had become increasingly popular in China until blocked in 2005. China has strict laws on internet use and blocks content it deems a threat, including references to the Tiananmen Square massacre and notable dissidents.

L’excellent blog d’Imagethief [Confessions of an American Spin Doctor in Beijing] reformulait dès le lendemain les données du problème dans un article intitulé Baidupedia dont voici l’essentiel :

Baidu has launched it's own user-generated encyclopedia, filling the gap that has existed since the Chinese authorities decided that Wikipedia was a swamp of dangerously controversial agitprop and punted it outside the great firewall:
The new service from Baidu.com, Baidupedia, is heavily self-censored to avoid offending the Chinese government. (...) Baidu has barred users from including any "malicious evaluation of the current national system", any "attack on government institutions" or even "promotion of a dispirited or negative view of life". This would be entirely in keeping with the standard Chinese government approach of setting vague guidelines, giving you a hard stare, and then letting you censor yourself far more effectively than they ever could. It also ensures that essentially any material deemed objectionable for any reason whatsoever can be deemed to transgress against at least some aspect of the content restrictions.

Nevertheless, Baidupedia (or 百科, which is both shorthand for the Chinese word for encyclopedia, 百科全, and agreeably close to 百度) now claims almost 110,000 entries, putting it substantially ahead of Wikipedia's 67,000 Chinese entries [维基百科,自由的百科全书].

Anyway, a quick'n'shallow search for the old "Tian'anmen Square" litmus topic reveals articles on the banalities of the square's construction, history, and dimensions (this one in particular is
worth a read if you want to be overcome by revolutionary spirit); the Monument to the People's Heroes; modern Chinese architecture; Beijing's Xicheng and Dongcheng districts; the PLA Type 99 tank; China's national day, etc.
Seems ready for mass consumption.

In fact, the expected paucity of controversial topics aside, I am all for China having its own wiki-style encyclopedia, although it's a shame they can't now contribute to the original Wikipedia. In fact, as a regular user of the actual Wikipedia, I can report that somewhat tighter editing and management hand might serve it well also, although I'd stop short of the political controls.


Imagethief ajoutait aussitôt une note fournissant les réponses (ici en italiques) du responsable marketing du site chinois aux accusations portées contre Baidu Baike de piller Wikipedia :

"The sharing of information is instrumental in the development and the continuity of knowledge."
The act of sifting out relevant information and editing is in itself a process of information packaging, he pointed out. "Baidu Baike has a rigorous copyright system to protect the rights of the original contributor and editor of an entry," he said.
Yes, the sharing of information is,
de facto, instrumental in the development and continuity of knowledge. But usually the small matter of attribution is also considered important. If they're unclear on the concept, perhaps they can look it up in an encyclopedia.

Il ne restait plus qu’à voir comment ce Wiki-chinois traite Li Yu.

Aussitôt dit, aussitôt fait, en un clic apparaissait une
notice, dûment illustrée de la photo déjà utilisée ici pour MEA CULPA. En quelque 2000 caractères sont évoqués des éléments de la vie de Li Yu, principalement après 1666. L’accent est surtout mis sur son Xianqing ouji 闲情偶寄 pour lequel une rubrique a même été créée. Les autres œuvres ne sont qu’évoquées dans une énumération finale.

Rien de bien renversant donc. Si lecteur sinisant en a plus que dans le
Wiki-libre, il ne trouve plus de bibliographie. Par contre, il peut pousser sa recherche un peu plus loin et avoir, chemin faisant, d’agréables surprises.

La recherche sur Li Yu révèle un aspect de Baidupedia à explorer plus avant. Le moteur de recherche propose, en effet, un choix d’une soixantaine d’entrées de type encyclopédique dont une sur Patrick Hanan, mais conduit également vers des entrées d’un dictionnaire qui s’appuie sur des citations de textes de Li Yu (romans, pièces de théâtre).

La source utilisée n’est pas signalée. Dans les cas consultés, il s’agit du monumental Hanyu dacidian 汉语大词典 supervisé par Luo Zhufeng 罗竹风, publié par les éditions Hanyu dacidian (Shanghai) d’abord en douze volumes en 1986, puis plus récemment (1997) en trois gros volumes fort peu maniables et depuis peu sur support numérique.

Ainsi donc, à l’usage, Baidupedia (Baidu baike 百度百科), dont l’existence vient d’être signalée aux membres de l'Association française d'études chinoises dans sa dernière lettre d’information (n° 52), pourrait devenir un outil utile au sinologue en chambre. Il semble pourtant moins prometteur que le Baidu guoxue 百度国学, qui devrait répondre encore mieux à ses attentes.

samedi 13 mai 2006

Traduttore fedele

La recherche bibliographique sur internet réserve toujours à qui peut y consacrer un peu de temps, quelques jolies surprises. En voici une nouvelle preuve.

Je connaissais (depuis fort peu de temps, je dois l’avouer) l’existence d’une traduction italienne du Rouputuan. On la doit à Anna Maria Greimel qui traduisit le roman en 1973 sous le titre d’Il tappeto da preghiera di carne (Milan, Sonzogno, coll. “I classici dell’erotismo”, 383 p. avec une introduction de Renata Pisu).

La notice qui m’en a informé, en reste à l’idée ancienne et erronée que Li Yu aurait écrit le roman en 1934, à l’âge de 26 ans. Elle n’indique pas s’il s’agit d’une traduction originale d’après le chinois ou bien, plus vraisemblablement, réalisée à partir d’une traduction déjà publiée. Si c’est effectivement le cas, ce pourrait être soit l’allemande de Franz Kuhn (Jou Pu Tuan : Ein Erotisch-Moralisher Roman aus des Ming-Zeit (1633). Hambourg, 1933), soit l’anglaise de Richard Martin d’après Kuhn (Jou Pu Tuan. The Prayer Mat of Flesh. New York, 1963) soit la française publiée chez J.-J. Pauvert en 1962 , La chair comme tapis de prière, comme le laisse supposer le titre retenu. Les autres traductions parues depuis (P. Hanan, The Carnal Prayer Mat, NY, Ballantine, 1990 - la meilleure - ; Corniot, 1991 ; Voskrisenski, 2000) sont naturellement toutes hors de cause.

J’ai aussi récemment trouvé la référence à la traduction italienne que Roberto Buffagni avait donné, sous le titre d’Una torre per il calore estivo, de A Tower for the Summer Heat recueil de six nouvelles tirées du Shi’er lou de Li Yu traduites par Patrick Hanan (NY, Ballantine, 1992).

La notice mise à disposition par le site Tuttocina.it [Il portale sulla Cina] signale du reste qu’il s’agit d’une traduction de l’anglais [Traduzione (dall’inglese)]. L’ouvrage de 240 pages, a été publié à Milan, par les éditions Feltrinelli, dans une collection intitulée “Universale economica” en 1994.

Mais, quale sorpresa ! de trouver, sur le même site, la référence à un petit volume de 46 pages proposant une traduction italienne d’un conte des Wushengxi de Li Yu et surtout de découvrir son titre qui en rappelle un autre :

A marito geloso moglie fedele

Autore : Li Yü ; Editore : Meravigli, Vimercate ; Collana : Libri di Una sera ; Prima edizione : 1994 ; Pagg. : 46 ; Traduzione e introduzione : Valentino De Carlo

Vengono scomodati anche gli dèi e i testimoni defunti per risolvere una complessa vicenda giudiziaria che vede contrapposti un marito geloso e la moglie sospettata di averlo tradito. Il giudice Bao saprà ricomporre la lite con molta astuzia: la pace familiare verrà ristabilita e l’onore dei coniugi sarà salvo. Li Yü (1611-1680), grande narratore della letteratura cinese classica, ci offre un testo divertente in cui si prende gioco con ironia del rapporto tra i sessi e delle buone convenzioni sociali.

Le résumé proposé montre bien que le conte en question est celui qui raconte comment la femme d’un bachelier, accusée d’adultère par un plaisantin, intente un procès à son mari , risible cocu imaginaire, pour retrouver son honneur perdu. Chargé de l’affaire, le Juge Bao doit en appeler aux esprits pour raccommoder les époux désunis. Mais rien n’est dit de la traduction.

Le site de la librairie Marco Vasta, ne donne pas non plus d’indication d’un emprunt possible à une traduction française déjà existante, savoir “A mari jaloux, femme fidèle”, ma traduction d’un conte du deuxième volume des Wushengxi parue chez Picquier dans le volume paru sous ce titre en 1990 (pp. 91-132).

Le lien entre les deux traductions semble évident, car ce titre arrêté au dernier moment voici 16 ans [contre une autre option qui était “Le cocu imaginaire”], ne figure pas dans le texte de Li Yu. Pour l’heure, je ne sais pas si Valentino De Carlo s’est ou non seulement contenté de s’inspirer du titre. Je suis impatient d’en avoir le cœur net.

Justement, sur son site de vente en ligne, la Libreria Rinascita (librerieitaliane.net) le propose toujours, mais chez un autre éditeur, La Spiga, à 1,55 €. Il est même annoncé “Disponible”. Pourquoi se priver ?

En attendant, j'ai mis en ligne une page proposant une trentaine de couvertures de livres offrant des traductions de Li Yu. On peut la consulter en cliquant >> ici <<.

lundi 8 mai 2006

Wiki-Li

Le 24 mars dernier, je m’amusais des efforts réalisés par un site chinois de propagande culturelle dans leur présentation de Li Yu et de son œuvre. Plus d’un mois après - comme le temps passe vite ! -, c’est à L’encyclopédie libre Wikipédia de faire les frais de mon mauvais esprit.

Ceux qui ne connaissent pas encore Wikipédia peuvent s’informer aussi rapidement qu’en détail de la nature de cette entreprise en cliquant >> ici <<>> <<>> << et la soumettre à sa propre évaluation.

J’ai pour ma part taper ‘Li Yu’ pour découvrir une micro notice sur le grand poète 李煜 Li Yu (937-978). J’ai alors tenté ‘Li Liweng’ pour aboutir au bon Li Yu (李漁) et découvrir cette notice :

李笠翁 Li Liweng, connu aussi sous le nom de 李漁 Li Yu (1611-1679 ?), est un écrivain chinois de la dynastie des Qing. Dramaturge, romancier (auteur en particulier du Tapis de prière en chair), essayiste, homme de théâtre et éditeur, il est un des meilleurs représentants des lettrés qui prônaient les plaisirs de la vie.

C’est mieux que rien, mais un peu maigre. Merci tout de même à Gbog [qui semble être le maître d’œuvre du riche site Wengu 溫故]. En attendant plus, on peut toujours compléter à moindre frais cette contribution déjà ancienne [26/11/2003] en consultant le versant anglais de Wikipedia, ce que j’ai fait.

On y trouve une notice plus longue et d’autres dates de naissance - 1610 au lieu de 1611 -, et de mort - 1680 au lieu de 1679 ?. La biographie de Li Yu a évolué lentement depuis le 8 mai 2004, date de sa mise en ligne. Elle prend un tour plus conséquent un an et un jour plus tard, soit le 9 mai 2005, par l’ajout d’une bibliographie offrant une liste de traductions et d’études.

Cette liste est loin d’être exhaustive, mais elle n’est pas négligeable. On y trouve même deux titres en russe qui sont, non pas des études, mais des traductions dues à D. N. Voskrisenski. Le plus drôle, en ce qui me concerne, fut d’y découvrir cette référence :

Li Yu: À mari jaloux, femme fidèle, by Pascale Frey 1998

Une petite recherche sur le nom de la personne qui se trouve créditée de ‘ma’ traduction de cinq contes tirés des Wushengxi m’a conduit au site de la revue Lire qui avait, lors de sa parution en novembre 1998, signalé la réédition en poche de cet ouvrage publié en 1990 :

À mari jaloux, femme fidèle par Pascale Frey - Lire, novembre 1998

Li Yu a failli devenir mandarin. Il sera écrivain. Né en 1611, mort en 1680, Li Yu devient romancier à la chute de l'empire Ming. Il publie notamment les
Comédies silencieuses, de courts récits à l'ironie mordante, dont sont tirés les cinq contes amoureux qui paraissent ici sous le titre évocateur A mari jaloux, femme fidèle.

Et voilà, la signataire de ces quelques mots de présentation [quasiment tous empruntés à mon introduction] qui se retrouve à la place du traducteur ! Quant à Jacques Dars, il se fait voler, tout bonnement, la vedette par ... son propre éditeur :

Les carnets secrets de Li Yu, un art du bonheur en Chine, PHILIPPE PICQUIER, Edité par Jacques Dars, 2004.

Ces erreurs se retrouvent avec de légères variations dans le Wikipedia allemand : les deux titres quittent, en effet, la rubrique ‘traduction’ pour passer dans le registre des ‘études’ sous cette nouvelle présentation :

Pascale Frey: Li Yu: À mari jaloux, femme fidèle (1998).
Philippe Picquier: Les carnets secrets de Li Yu, un art du bonheur en Chine, 2004

La version chinoise [accessible à l'adresse http://zh.wikipedia.org/wiki/], pour sa part, se conforme à la version anglaise de cette bibliographie un peu cavalièrement établie que l’on doit à Gisling, un Canadien qui se passionne non seulement pour certains auteurs chinois comme Zhang Dai (张岱), mais également pour l’art des jardins, le thé, l’actrice Josephine Siao Fong-Fong (蕭芳芳) et la belle Su Xiaoxiao (蘇小小).

Il ne reste plus qu’à faire le ménage. Qui s’y colle ?